400 ème anniversaire de la naissance de Jean de La Fontaine, de Château-Thierry à Paris…

0
179

Succès pour le premier rendez-vous original à Paris autour de la statue de Jean de La Fontaine Le Corbeau et le Renard située au jardin du Ranelagh dans le XVI ème arrondissement. 

« A l’occasion du 400 ème anniversaire de la naissance Jean de La fontaine à Château-Thierry, j’organise différents évènements qui nous mènent sur les traces du célèbre auteur, mondialement connu, et qui réconcilient l’urbanité et la ruralité, le « rat des villes et le rat des champs ». – Jacques Krabal 

Le 7 juin, à mon invitation, une centaine de personnes s’est ainsi réunie autour de l’imposante statue de bronze du sculpteur portugais Charles Correia (1930-1988) au jardin du Ranelagh dans le XVIème arrondissement de Paris : professeurs, étudiants, amis de Jean de La Fontaine mais aussi Marc Schwartz, Président Directeur général de la Monnaie de Paris, Jacques Rao, Conseiller de la Commission nationale française à l’Unesco, ou encore Quoc Vinh Duong Nguyen, premier Conseiller de l’Ambassadeur du Vietnam ont pu savourer quelques fables de La Fontaine récitées par les acteurs Aurélie et Nicolas Jobert du théâtre de la Mascara, dont la qualité de l’interprétation a été unanimement saluée par les spectateurs !

Chacune et chacun a eu le privilège d’écouter ensuite Patrick Dandrey, Professeur émérite à la Sorbonne et Président de la Société des Amis de Jean de La Fontaine, qui a livré une analyse brillante et détaillée de plusieurs fables de Jean de La Fontaine dont Le corbeau et le Renard

La cérémonie a permis de mieux comprendre les objectifs du fabuliste : instruire par le divertissement : « Il convient que le jeu et l’amusement fassent partie des premières années du petit prince » explique-t-il dans la préface de son premier livre dédié au Dauphin, fils de Louis XIV, âgé de 7 ans, mais en même temps lui souligne-t-il « qu’il doit donner quelques-unes de ses pensées des réflexions sérieuses ». 

Dès cette première Préface, La Fontaine explique aussi au Dauphin pourquoi il a choisi de mettre en scène des animaux: « Les propriétés des animaux et leurs divers caractères y sont exprimés ; par conséquent les nôtres aussi, puisque nous sommes l’abrégé de ce qu’il y a de bon et de mauvais dans les créatures irraisonnables. » 

C’est ainsi, de façon ludique, subtilement impertinente, que La Fontaine, contemplatif mais en même temps doué d’un rare sens de l’observation du genre humain, donne à réfléchir sur les défauts de notre humanité… afin qu’en ayant conscience de ses faiblesses, elle puisse tendre vers le progrès. 

Première manifestation culturelle depuis le début de la pandémie rassemblant une centaine de personnes dans le respect des gestes barrière, cet évènement exceptionnel s’inscrivait dans la même volonté que notre fabuliste : s’instruire tout en se divertissant. « Ce fut une réussite dont nous pouvons être fiers ! Le fait de se regarder dans les yeux, d’échanger face à face et de partager ensemble un si grand moment de culture, d’histoire et de convivialité non seulement nous a fait du bien mais montre qu’il est possible de retrouver la joie et l’optimisme avec Jean de La fontaine ! » – Jacques Krabal

Cette riche après-midi de partage s’est conclue par une dégustation de la Cuvée de Jean de La Fontaine élaborée par la Maison de Champagne FAY Michel située aux portes de la Champagne, à Barzy-sur-Marne. L’occasion de “champagner ensemble” autour de l’esprit de liberté et de convivialité cher à Jean de La Fontaine, qui aimait à dire : “Je suis un homme de Champagne” !