Vote du Parlement européen sur le rapport BECA : la filière viticole et nos demandes parlementaires entendues !

0
412

Le Parlement européen a définitivement adopté le rapport de la commission spéciale BECA pour la lutte contre le cancer. La filière vitivinicole salue l’équilibre de ce texte, qui privilégie la lutte contre la consommation nocive d’alcool et défend la modération.

Pour Jérôme Despey, président du Conseil spécialisé vins de FranceAgriMer, « ce rapport sur la lutte contre le cancer représente une avancée pour la santé des citoyens européens. Dans son volet « alcool », il préconise de s’attaquer à la consommation nocive d’alcool. Notre filière souscrit pleinement à cette recommandation ».

Arriver à ce consensus ne fut pas évident. Le parlementaire que je suis, membre du groupe vin, vignes et viticulture, avait eu vent de certaines positions extrêmes au sein de la commission BECA qui souhaitaient, par le biais de ce rapport, dénoncer toute forme de consommation d’alcool sans prendre en compte la nécessité de modération pour laquelle nous plaidons. Cela aurait été d’autant plus contreproductif que ce rapport pourrait servir de base législative pour la suite. Je m’en étais ouvert auprès de M. le Ministre de l’Agriculture Julien de Normandie qui s’était montré attentif au sujet. 

Je veux remercier les organisations professionnelles de la filière qui nous ont alertés ainsi que les parlementaires européens qui sont parvenus à un texte équilibré et de bon sens. 

Les élus dont je fais partie ont fait le choix d’une politique de prévention constructive, et donc efficace, qui fait clairement la distinction entre la modération et l’abus. Engagés dans la modération depuis des années, l’ensemble des acteurs de la filière vitivinicole du Sud de l’Aisne participe à l’élaboration d’actions d’éducation et de prévention à l’intention du grand public et des professionnels. La consommation responsable a d’ailleurs été adoptée par les Français : 90 % des Français boivent moins de 10 verres d’alcool par semaine, 80% d’entre eux boivent moins de deux verres par jour, 90% ne consomment pas tous les jours (source : BEH Santé Publique France 2017). 

Toutefois, il faut continuer nos efforts pour éduquer à une consommation modérée, responsable. Le vin, le champagne, sont des éléments indispensables de notre vivre ensemble convivial et vous savez à quel point j’y suis attaché. Continuons à faire pétiller nos vies, même dans les moments difficiles que nous traversons !