Un été pour se ressourcer

0
73

Madame, Monsieur, chers amis,

Notre été 2020 est tout particulier : après la crise sanitaire liée à la pandémie de Covid, les conséquences se font sentir pour chacune et chacun d’entre nous, de façon individuelle et collective. 

Notre pays a traversé un lourd épisode de tourmente et il nous faut maintenant relever d’importants défis en termes de relance économique, écologique, sociale et culturelle, de modernisation de notre pays et de cohésion nationale. Nous y parviendrons si nous sommes en capacité d’agir dans un esprit de dépassement, de rassemblement et de concorde. 

C’est un enjeu majeur des mois à venir pour notre gouvernement, pour les parlementaires, en lien avec les élus locaux nouvellement en poste. 

Sachons nous unir pour notre pays et ne pas laisser de vaines querelles partisanes entraver son redressement !

Pour l’heure, chacun aspire à la détente et c’est bien normal. Beaucoup d’entre nous passent l’été sur notre territoire du Sud de l’Aisne, occasion de découvrir ou redécouvrir notre richesse naturelle, patrimoniale et culturelle. Merci aux collectivités territoriales qui ont déployé de beaux efforts pour que ces vacances à domicile soient agréables pour tous. 

Mon équipe et moi-même nous tenons à votre disposition pendant toute la période estivale, n’hésitez pas à nous solliciter : jacques.krabal@assemblee-nationale.fr, 0624034488, krystel.doosterlinck@clb-an.fr, 0642569033, jeanne.doyezroussel@gmail.com, 0640126056, bertrand.varin@clb-an.fr, 0677362923.

À chacune et chacun d’entre vous, je vous souhaite de passer un bel été. 

Prenez soin de vous et de vos proches.

Un accord européen sans précédent


Les 27 pays de l’Union européenne se sont accordés sur un plan de relance de grande ampleur, à hauteur de 750 milliards d’euros, dont 390 milliards de subventions seront octroyés aux régions et aux secteurs les plus touchés par la crise. Pour la France, l’accord européen permettra de financer plus de 40 milliards d’euros du plan de relance national (estimé à 100 milliards). Pour la première fois, les 27 créent une dette commune pour financer ensemble les investissements de l’après-crise. L’agriculture n’est pas en reste, avec la volonté de garantir des revenus stables pour nos agriculteurs. Une avancée historique que l’on doit au volontarisme du Président de la République Emmanuel Macron et à l’impulsion du couple franco-allemand. 

Ségur de la Santé : un effort historique envers le monde médical

Alors que le président de la République avait souhaité un grand plan national pour l’hôpital, renforcé après la crise sanitaire que nous avons subie, les résultats du Ségur de la Santé confirment l’engagement de l’État. 

En effet, le Ségur a permis d’agir vite et fort selon quatre axes : revalorisation des carrières et des salaires des soignants, politique d’investissement, simplification des organisations et santé dans les territoires, au service des usagers.

Ainsi, ce sont 8,1 milliards d’euros qui sont mobilisés pour revaloriser les rémunérations des équipes soignantes et 7,6 milliards d’euros pour les personnels paramédicaux et non-médicaux (techniciens, brancardiers, administratifs). C’est un montant historique engagé pour nos hôpitaux, avec des hausses de salaires de 183€ nets par mois, des primes aux équipes en première ligne de la lutte contre la pandémie de Covid, mais aussi des moyens renforcés pour les étudiants en filières médicales et paramédicales. Par ailleurs, le ministre de la Santé a annoncé la création de 15 000 postes supplémentaires pour nos hôpitaux. 

Un très large plan d’investissement se met aussi en place : 19 milliards d’euros vont être consacrés à la modernisation de nos hôpitaux.

Dans les semaines à venir, de nombreux chantiers vont s’ouvrir pour accélérer, en concertation avec les différents acteurs, les transformations dont notre système de santé a plus que jamais besoin. 

Tout pour l’emploi des jeunes

Je salue la décision du gouvernement de tout mettre en œuvre pour favoriser l’emploi des jeunes. Des mesures fortes sont prises pour leur permettre d’intégrer le monde du travail, en concertation et en lien avec les acteurs des territoires, partenaires sociaux, chefs d’entreprises, élus régionaux, départementaux et locaux, notamment.

Ce programme a pour objectifs d’orienter et de former plus de 200 000 jeunes vers des métiers d’avenir, d’accompagner les plus éloignés de l’emploi, par des parcours d’insertion sur mesure. De nombreux dispositifs vont être renforcés en lien avec cette priorité nationale.

Création d’une branche Autonomie pour la Sécurité Sociale

Nous avons adopté le projet de loi visant à créer une branche consacrée à l’autonomie des personnes âgées et des personnes handicapées au sein de la Sécurité Sociale. C’est une avancée sociale majeure qui va renforcer les droits et améliorer la qualité de vie des personnes concernées. Elle assure une prise en charge plus forte, plus solidaire, plus équitable sur l’ensemble du territoire. 

Alors que la création de ce dispositif, face aux défis liés au vieillissement de la population, était en réflexion depuis les années 1990, nous l’avons officiellement mise en place. 

Procréation médicalement assistée

Je m’étais déjà exprimé sur l’extension de la PMA aux femmes seules et aux couples de femmes. Ma position reste la même : pour moi, il est primordial de défendre les intérêts des enfants, de faire avancer la loi au regard des réalités de la société, sans prendre de risques pour l’avenir. 

Agir pour la concorde, au national comme pour le local

Dans le cadre de mes fonctions de député, j’ai interpelé, avec de nombreux collègues, le gouvernement sur différents points importants et concernant aussi le développement économique de notre Sud de l’Aisne.

Monde agricole et viticole

Les aides aux agriculteurs dans le cadre de la Politique Agricole Commune, la PAC, ont été versées fin juin pour notre département. Ainsi, 3600 exploitants agricoles ont bénéficié d’un montant total de 123 millions d’euros au titre du paiement des aides 2019. Pour l’agriculture biologique et les mesures agro-environnementales et climatiques, ce sont 888 bénéficiaires qui sont concernés cette année, contre 746 en 2019.

Par ailleurs, les pensions de retraite des agriculteurs vont être revalorisées :  nous avons voté récemment, à l’Assemblée nationale, un montant minimum équivalant à 85% du SMIC et une augmentation de 120€ par mois à compter de janvier 2022. Cette revalorisation s’applique également aux agriculteurs déjà retraités. 

Soutien aux viticulteurs

Avec mes collègues députés membres du groupe d’étude vin, vigne et œnologie, nous demandons l’exonération de charges pour la filière viticole. La crise sanitaire a frappé de plein fouet ce secteur également, les ventes ne se sont pas faites comme il se devait, notamment en raison de la fermeture des restaurants et cafés. Nous devons aider les viticulteurs à traverser cette période économiquement compliquée pour préserver les emplois directs et indirects générés par la filière. 

Aide à la filière betterave

Nous avons saisi le ministre de l’Agriculture, Julien Denormandie, pour soutenir la filière betterave, en très grande difficulté. Nous demandons l’étude de solutions règlementaires pour l’utilisation des insecticides afin de protéger les récoltes. Nous demandons également la prise en compte des pertes conséquentes de l’année en cours, avec la possibilité de compensations. 

Soutien aux Zones de Revitalisation Rurale, ZRR

Les ZRR ont montré leur pertinence et leur utilité pour nos territoires. Le dispositif, devant initialement prendre fin en décembre 2020, nous demandons qu’il puisse être prolongé et adapté aux besoins nouveaux, face aux difficultés générées par la pandémie et pour répondre à la politique de relance. Ils doivent notamment permettre d’appuyer la stratégie gouvernementale de relocalisation des industries sur le territoire, de développer les moyens pour le télétravail et de renforcer les services publics.

Permis de conduire

Particulièrement dans notre ruralité, le permis de conduire est un atout supplémentaire vers l’emploi. La conjoncture sanitaire a provoqué un très important retard dans le passage de l’examen de conduite. Nous demandons par conséquent des mesures d’urgence pour résorber ce retard, notamment une plus large place accordée au contrôle continu, à l’image de ce qui a été fait pour le baccalauréat cette année. 

Journée du Souvenir

Nous avons sollicité auprès du Président de la République l’instauration d’une Journée du Souvenir, pour toutes les personnes décédées pendant la période de confinement. Il est important que les familles qui n’ont pas pu accompagner un proche puissent se retrouver lors de cette journée pour saluer sa mémoire. C’est une reconnaissance et la marque de la solidarité de toute notre nation pour celles et ceux qui nous ont quittés dans les circonstances difficiles que nous avons vécues. 

Localement : mobilisé et actif aux côtés des habitants du territoire

Salariés d’Altifort-Innovatech : à leurs côtés pour l’emploi

Après avoir de nouveau rencontré les représentants des salariés d’Altifort dans leur usine, j’ai sollicité une réunion à la sous-préfecture, avec les services de l’État, la Région, la CARCT et la Ville de Château-Thierry, pour faire le point sur leur situation et surtout envisager la meilleure façon de défendre l’intérêt des 100 salariés du site. 

Depuis le 17 juillet, nous savons qu’aucun repreneur ne s’est manifesté, la liquidation de l’entreprise sera donc prononcée à la rentrée. Cette liquidation, comme le soulignent les représentants du personnel, n’est pas liée à la pandémie de Covid, mais elle est le fait d’une gestion par la holding dont fait partie Altifort, avec des déplacements de fonds massifs, pour 7 millions d’euros, qui ont lourdement pénalisé le site de Château-Thierry. 

Les salariés demandent maintenant, dans le cadre d’un PSE, plan social à l’emploi, en cas de licenciement, à bénéficier des mêmes conditions que celles du dernier plan mis en œuvre par GEA. 

En tant que député, j’ai saisi le ministre de l’Économie et des Finances pour demander que ce plan soit mis en place et que les salariés soient réellement accompagnés pour retrouver un emploi, avec un soutien financier conséquent, prime supra-légale, maintien de salaires durant 18 mois et accompagnement à la formation.

J’ai par ailleurs questionné l’État sur le montant des fonds dits de revitalisation du territoire que devrait verser GEA, comme cela avait été obtenu par Jean-Marie Turpin, ancien vice-président au développement économique de la CARCT. La DIRECCTE doit nous donner des indications sur ce point. 

Par ailleurs, j’ai interrogé également sur le devenir des bâtiments, en excellent état, et de la grande superficie du foncier, en cas de liquidation.

Pour défendre l’intérêt des salariés et du territoire, j’ai proposé que la CARCT puisse intenter une action en justice.

Je vais solliciter de nouveau le ministère sur ce dossier très pénalisant, à la fois socialement, pour les familles, mais aussi pour l’emploi et le développement de notre territoire. 

Une dotation du gouvernement et un plan numérique uniques pour l’Aisne

Excellente nouvelle pour préparer la rentrée scolaire dans notre département et faire reculer la fracture numérique ! 

Ma collègue Cécile Rilhac, députée du Val-d’Oise, et moi-même avons été entendus : nous avions attiré l’attention du ministre de l’Éducation nationale sur l’inégalité territoriale et sociale que constitue l’accès au numérique et sollicité un soutien à l’équipement pour notre ruralité et pour les élèves ne pouvant pas disposer de tels outils.

De fait, le confinement et l’obligation sanitaire de faire « l’école à la maison » ont révélé les inégalités dans l’équipement numérique sur nos territoires, en particulier ruraux, et pour un certain nombre d’élèves. 

Je remercie le gouvernement de cette démarche bénéfique à la bonne formation de nos jeunes. 

En effet, notre département de l’Aisne et celui du Val d’Oise vont bénéficier dès la rentrée de septembre d’un important programme d’équipement numérique. 

27 millions d’euros vont être investis pour doter les élèves en situation de fracture sociale et numérique, les écoles, collèges et lycées, ainsi que les enseignants nouvellement titularisés de tablettes, ordinateurs portables, vidéoprojecteurs, imprimantes et autres outils numériques. L’équipement s’accompagnera d’une formation à l’utilisation de ces outils et d’une dotation en ressources numériques. 

Ce dispositif ambitieux, financé à 100% par l’État, vise à garantir la continuité pédagogique en classe et, le cas échéant, à distance, à mettre l’usage numérique au service de la pédagogie et résorber les inégalités d’accès à ces outils indispensables. Il vient renforcer les dispositifs mis en place dans notre département pour lutter contre l’illettrisme, en lien avec la Cité internationale de la langue française, implantée dans le château de Villers-Cotterêts. 

A la suite de cette première phase dans l’Aisne et le Val d’Oise, ce programme d’équipement va se poursuivre après identification de besoins similaires sur d’autres territoires.

Je salue l’action du ministre de l’Éducation nationale pour ce programme d’action concret et conséquent !

Santé : renforcer les liens avec l’hôpital de Reims

Avec le président du conseil de surveillance de l’hôpital Jeanne de Navarre, Etienne Hay, la directrice et le président de la commission médicale d’établissement, nous sommes allés, à ma demande, rencontrer le maire de Reims et les responsables du CHU Robert Debré. 

Cette rencontre s’inscrit dans la volonté des élus depuis plusieurs années de se rapprocher du CHU de Reims. D’ailleurs, ce rapprochement existe, dans les faits, entre les médecins et aboutit déjà à un partenariat sous la forme de mise en œuvre de plusieurs conventions, avec aussi la concrétisation de la possibilité pour les internes de l’université de Reims de venir effectuer leurs stages au centre hospitalier de Château-Thierry.

Mais, aujourd’hui, afin de renforcer l’offre médicale et particulièrement chirurgicale au sein du plateau technique de Château-Thierry, il nous faut aller plus loin. Cette rencontre a permis d’établir les modalités de rapprochement et elle permettra à notre centre hospitalier d’intégrer le GHT, Groupement hospitalier de Territoire, de Reims. 

Château de Villers-Cotterêts : premiers travaux de réhabilitation 

Le chantier de restauration du château de Villers-Cotterêts a redémarré, à la suite du déconfinement. Certes, un retard a été pris en raison de la crise sanitaire. Pour autant, le projet se poursuit dans un objectif de première ouverture au public en 2022 de la Cité internationale de la langue française. Outil de pédagogie, de lutte contre l’illettrisme, mais également de création, diffusion, recherche linguistique, artistique et culturelle, la Cité contribuera au rayonnement de notre département. 

D’ores et déjà, l’attribution des premiers marchés publics a généré la création de deux emplois à durée déterminée et deux emplois pérennes pour des entreprises attributaires. 

Par ailleurs, la Maison du Projet, précédemment établie au Grand Bosquet, va être implantée dans la cour du château pour une meilleure appropriation par chacun de ce projet porteur. Une programmation culturelle et pédagogique sera proposée à partir du mois de septembre aux établissements scolaires et aux associations locales.

Parmi les autres retombées bénéfiques pour le territoire, une réouverture de la ligne Paris-Est/ La Ferté-Milon/Fère-en-Tardenois/Fismes/Reims est sollicitée auprès de la SNCF.

Il faut souligner l’engagement des collectivités pour améliorer les dessertes ferroviaires, routières (comme l’aménagement du giratoire de la RN 2), les voies cyclables, le stationnement, etc. 

Ce projet prend forme et devient une réalité, il génère une dynamique pour notre territoire, contribue à renforcer le plan de lutte contre l’illettrisme, avec la signature prochaine du Pacte linguistique, le développement de la fibre et de l’équipement numérique des écoles de notre département. 

Dans le cadre de la lutte contre l’illettrisme, le ministère de la Culture met en place un Pacte linguistique réunissant les acteurs nationaux, régionaux et locaux pour un travail collectif de promotion de la langue française et pour aider les personnes en difficulté avec la lecture et l’écriture à s’approprier ces outils indispensables.

La communauté de communes de Retz-en-Valois a adopté le Pacte linguistique des Hauts-de-France. Bravo et merci à son président et aux élus de participer à ce projet essentiel pour tous ! 

Jean de La Fontaine : 400è anniversaire historique à la mesure de son universalisme

Dans le cadre du 400ème anniversaire de la naissance de Jean de La Fontaine, en 2021, j’ai participé au comité de pilotage mis en place par M. le préfet et M. le président du Conseil départemental de l’Aisne. Cette démarche départementale est une première pour un événement culturel. L’objectif est de donner de l’ambition à cet événement. En complément des initiatives prises à Château-Thierry, l’enjeu est de donner à l’anniversaire de notre fabuliste, connu dans le monde entier, un rayonnement départemental, régional mais aussi international. 

C’est pourquoi, en tant que député et Secrétaire général parlementaire de la Francophonie, je me suis engagé depuis plusieurs mois dans la préparation de cet anniversaire. D’ailleurs, pour associer Château-Thierry et Jean de La Fontaine, j’ai, depuis le début de mon mandat, cité régulièrement une fable ou des vers de La Fontaine à l’Assemblée nationale. Et aujourd’hui, je le fais au niveau international avec la francophonie. 

J’ai sollicité l’AUF, l’Agence Universitaire de la Francophonie, qui regroupe 1000 universités dans le monde francophone, pour un partenariat et l’organisation d’un concours sur Jean de La Fontaine, le poète francophone le plus connu dans le monde. Et j’ai proposé qu’une exposition puisse avoir lieu en extérieur dans des lieux de Paris. 

D’ores et déjà, à la rentrée 2020, des événements, réunions, assemblées générales seront organisés sur notre territoire, avec le ministère de la Culture et particulièrement la Direction Générale à la Langue Française et aux Langues de France. Il en sera de même pour les ambassadeurs francophones, je les ai conviés à venir sur le territoire. 

Par ailleurs, le président de la Monnaie de Paris nous a donné son accord pour la création de pièces et de médailles à l’image de notre auteur et des fables qui l’ont fait connaître. Elles pourront aussi être commercialisées dans notre département : j’ai sollicité un partenariat entre la Monnaie de Paris et la Librairie des Fables à Château-Thierry qui devrait être dépositaire de ces éléments. Par ailleurs, proposition a été faite d’une médaille commune pour la Ville, le Département et la Région. 

D’autres initiatives ont déjà été lancées : avec l’Amicale philatélique de Château-Thierry, nous avons obtenu l’accord de La Poste pour l’édition d’un timbre commémoratif. Sa sortie officielle fera l’objet d’un événement d’envergure. Nous avons sollicité une exposition philatélique regroupant toutes les fables, tout comme l’exposition des monnaies. 

J’ai également pris contact avec Xavier Darcos, ancien ministre de la Culture, chancelier de l’Institut de France, pour organiser des rencontres culturelles et littéraires consacrées à Jean de La Fontaine, que ce soit à Paris ou à Château-Thierry. Réunir des spécialistes de l’écrivain, comme nous l’avons institué avec les Rencontres de Psyché, en lien avec la Société des Amis de Jean de La Fontaine, c’est aussi agir pour le rayonnement de son universalisme et de son humanisme. Monsieur Darcos m’a confirmé son intérêt pour cette démarche. Ainsi, à l’Assemblée nationale, des débats seront organisés sur l’œuvre de Jean de La Fontaine et l’universalisme. 

En outre, j’ai d’ores et déjà invité Madame la ministre de la Culture et Monsieur le président de la République à prendre part à cet anniversaire historique afin de lui conférer toute l’importance qui lui revient. 

Les récentes dégradations (graffiti) qu’a subies la statue de Jean de La Fontaine, à Château-Thierry, nous montrent bien que, plus que jamais, nous devons mettre en œuvre un anniversaire digne de son œuvre et porter toujours plus haut et plus fort les valeurs humanistes et universelles qui l’habitaient.

Un 14 Juillet aux couleurs de la parité

Pour la célébration de la Fête nationale, j’ai souhaité me rendre dans une commune rurale exemplaire : Veuilly-la-Poterie est gérée par un conseil municipal majoritairement féminin. Elisabette Regard, madame le maire, est entourée de 3 adjointes. 

Si nous portons les valeurs républicaines, nous pouvons y ajouter la parité afin que l’égalité entre les hommes et les femmes devienne une réalité. Certes, des progrès ont été faits en ce domaine, de nombreuses instances imposent une parité parfaite, mais beaucoup reste à faire et nous devons aller encore plus loin, dans tous les aspects de la vie publique comme privée. 

Merci aux habitantes et habitants de Veuilly-la-Poterie qui nous donne un bel exemple à suivre !

Jacques Hurmane : hommage à un grand bienfaiteur de la culture et du patrimoine

Comme nous nous y étions engagés dès que j’ai appris le décès de Jacques Hurmane, avec qui j’ai été élu au conseil général, en lien avec la Communauté d’Agglomération de la Région de Château-Thierry, nous avons rendu hommage à Jacques Hurmane, à l’occasion de la pose de la plaque Maison des Illustres chez Camille et Paul Claudel. 

Ancien maire de Villeneuve-sur-Fère et vice-président du Conseil départemental, il est à l’origine de la sauvegarde de la maison des Claudel. C’est lui en effet qui a proposé que le Département achète le presbytère cher au cœur de Camille et le restaure en partie avant de le céder, pour l’euro symbolique, à notre ancienne communauté de communes. Et j’ai participé à cette réunion historique, sous la présidence de Jean-Pierre Balligand, qui, compte tenu de l’engagement financier du Département pour la réhabilitation du Familistère Godin de Guise, a accepté cette acquisition et la remise en état de cette maison. 

Ainsi, un élément important du patrimoine artistique, littéraire et culturel français a pu ouvrir au public et permettre une meilleure appropriation par les citoyens de l’œuvre de la sculptrice Camille comme de son frère écrivain Paul.

La diffamation et la calomnie n’ont hélas pas épargné Jacques Hurmane qui a vécu des années difficiles avant que la justice ne confirme sa probité et que son honneur soit rétabli. Il est toujours tellement désolant de voir des personnalités salies par des comportements et propos malveillants.

C’est aussi pour remettre en lumière son action et sa personnalité, profondément humaniste et dévouée à l’intérêt collectif, que j’avais pris l’engagement auprès de sa famille, lors de son décès, de lui rendre l’hommage que nous lui devions. 

Merci à lui de ce qu’il a fait pour sa commune, pour notre territoire, auxquels il était tant attaché, et pour la culture française. 

Hommage à Paolo Santini : au-revoir l’artiste, merci l’ami

Paolo Santini, grand monsieur, artiste aux multiples talents, homme de cœur, nous a quittés en mars dernier, alors que le confinement nous empêchait de nous retrouver pour lui rendre hommage.

Comme nous nous y étions alors engagés, nous avons souhaité lui rendre cet hommage tellement mérité, en réunissant, autour de son épouse Pierrette, un groupe d’artistes et d’amis. C’était un moment solennel, empreint de tristesse pour notre ami disparu, mais aussi un moment de chaleur, d’affection et de respect. Avec chacun d’entre nous, Paolo partageait des relations fortes, des connivences artistiques, un certain regard sur le monde et surtout beaucoup d’humanisme et de sincérité. 

Fred Barnley, Mauro Corda, Didier Delpiroux, des éditions Serge Mouille, Monique Rozanès, mais aussi des élus de Chartèves, où s’étaient établis Paolo et Pierrette Santini, et Madame la maire de Monthiers ont tenu à venir évoquer l’artiste et l’homme, à dire leur reconnaissance et leur admiration pour son œuvre et à témoigner leur sympathie à Pierrette, son épouse. 

Tous ont en commun d’avoir participé aux expositions initiées au sein du Silo, à U1. C’est dans ces anciens locaux Belin, cœur de Château-Thierry, que nous avons ouvert la série d’expositions dédiées à l’art contemporain, en 2011. Paolo Santini y avait présenté un large panel de ses œuvres. En 2017, il avait choisi de faire don à la Ville d’une de ses sculptures, La Mamma, depuis implantée au centre de U1. 

Paolo Santini a passé sa vie à créer, rien ne pouvait le distraire de cette création. Architecte, designer, peintre, sculpteur, il a travaillé partout dans le monde, aux côtés des plus grands mais a toujours su rester modeste et simple. Une belle leçon d’humanité et d’humilité, et toujours une grande proximité avec chacune et chacun.

Son nom est depuis plusieurs années intimement lié à la vie artistique et culturelle de notre Sud de l’Aisne, son souvenir résonnera toujours en chacun d’entre nous avec beaucoup de chaleur. Merci l’artiste !

Madame, Monsieur,

Nous nous retrouverons avec plaisir à la rentrée, en pleine forme et dans un contexte sanitaire que nous espérons tous meilleur. 

Je rencontrerai dès septembre les élus locaux, présidents de nos intercommunalités, maires et conseillers, pour continuer ensemble d’agir pour notre Sud de l’Aisne. 

Dans cette attente, je vous souhaite de passer un bel été, profitez de la nature, des autres et prenez soin de vous comme de vos proches.

Solidairement

Jacques Krabal