Face aux intempéries dans le Sud de l’Aisne, votre député, l’Etat et tous les acteurs mobilisés et solidaires !

0
271

Gérald Darmanin, Ministre de l’Intérieur, s’est rendu à deux reprises dans la commune de Chézy-sur-Marne pour rencontrer les forces de sécurité mobilisées contre les intempéries, les autres services de l’Etat et les élus locaux des communes concernées. Malgré des difficultés d’agenda, j’ai tenu à être sur place pour accueillir Monsieur le Ministre dans les communes durement éprouvées par les intempéries. 

J’ai tenu à le remercier pour sa présence et à réitérer notre demande de reconnaissance de l’état de catastrophe naturelle au Sud de notre département. En effet, d’importants orages se sont abattus sur le Sud du département de l’Aisne, en particulier sur le secteur de La Chapelle-sur-Chézy et Reuilly-Sauvigny, mais aussi de Celles-les-Condé, de Condé-en-Brie et de bien d’autres communes. Les épisodes orageux de samedi 19 et dimanche 20 juin et la tornade ont provoqué de graves dommages matériels : inondations, coulées de boues, toitures arrachées, murs écroulés, voitures renversées, véhicules et matériels agricoles fortement endommagés, etc. Il faut savoir qu’à Reuilly-Sauvigny ce sont 95 % des maisons qui ont été touchées.

Aux côtés du Ministre de l’Intérieur, j’ai rendu hommage aux agents de l’Etat, aux élus, aux particuliers et aux entreprises qui se sont mobilisés pour aider les habitants à mettre leurs maisons hors d’eau avec des bâches. Un bel élan de solidarité s’est produit, dont j’ai été le témoin. Le président de la CAPEB régionale s’est engagé devant le Ministre à mobiliser toute la filière de producteurs et de négociants de matériaux (tels que les bâches) pour faire face à la pénurie. 

Je veux également remercier le dispositif de secours mis en place et les services de la préfecture de l’Aisne, ainsi que ceux de la sous-préfecture de Château-Thierry. Les sapeurs-pompiers, la gendarmerie et les gestionnaires des réseaux routiers ont été absolument remarquables.

Du fait des engagements de Monsieur le Ministre sur place, les arrêtés de catastrophe naturelle et les différents dispositifs de réponse aux calamités, notamment agricoles, ont été mis en œuvre rapidement, que ce soit pour les entreprises (horticulteurs, agriculteurs, viticulteurs, artisans, commerçants et industriels) mais aussi bien évidemment pour les particuliers très nombreux à être touchés. Gérald Darmanin s’est d’ailleurs engagé à revenir rapidement sur le terrain pour constater l’évolution des situations.  

Précisions concernant les assurances et l’état de catastrophe naturelle

Les dommages causés par les phénomènes de vents violents, de tornades ou de grêle sont couverts par la garantie tempête-grêle-neige (TGN) prévue par les contrats d’assurance. Les sinistrés n’ont donc pas à faire jouer la garantie catastrophe naturelle pour être indemnisés de ces dommages. Ils seront indemnisés directement par leurs assureurs sur la base de leur contrat d’assurance en dehors de toute reconnaissance de catastrophe naturelle.

Toutefois, lorsque ces dégâts ne sont pas assurables de façon traditionnelle, les personnes sinistrées peuvent sous certaines conditions bénéficier d’une indemnisation dans le cadre de la procédure de reconnaissance de l’état de catastrophe naturelle.

Présent sur le terrain depuis le début des intempéries, je me tiens à votre disposition pour vous rencontrer et faire le point. A la sous-préfecture, un comité de suivi se réunit pour mieux répondre aux besoins des particuliers. 

Ensemble, faisons bloc pour surmonter cette épreuve, comme nous y invitait Jean de La Fontaine : « toute puissance est faible à moins que d’être unie » !