Elections européennes : sachons tirer les leçons du scrutin et avancer dans le rassemblement

0
70

Le résultat des élections européennes du dimanche 26 mai 2019 doit nous interpeler à plusieurs niveaux.

Tout d’abord, la participation au scrutin, qu’on nous annonçait faible, s’est avérée bien plus importante que prévu. Elle nous montre l’attachement des citoyens à l’institution européenne et leur volonté d’être partie prenante.

Au niveau de l’Union européenne, si les mouvements populistes connaissent une évolution de leur représentation, celle-ci n’a rien à voir avec le raz-de-marée que nous prédisaient les populistes, et c’est tant mieux. Cette progression, si nous devons en tenir compte, reste pour autant contenue. Il faut définitivement marquer un coup d’arrêt à la haine et à la violence qui n’ont jamais rien apporté.

Il s’agit maintenant de faire adhérer davantage encore les citoyens à l’Union européenne, en répondant à leurs attentes au niveau de problématiques essentielles comme la préservation de l’environnement, l’emploi, l’immigration, la stratégie industrielle et le développement économique, notamment.  

Au niveau national, ceux qui voulaient faire de cette élection un vote contre le gouvernement actuel ont perdu leur pari. Certes, l’extrême-droite arrive en tête des scrutins mais il n’y a pas de recul de la majorité et surtout, pas le rejet du chef de l’Etat que certains escomptaient. 

Les Français ont montré que, dans le contexte politique et social difficile que nous connaissons, ils gardent leur confiance en l’action du président de la République. 

Pour autant, nous devons savoir tirer les enseignements du vote extrême qui s’est exprimé et du recul des partis traditionnels, plus particulièrement dans les territoires ruraux. Ils traduisent un appel au secours de nos concitoyens. 

Cette tendance lourde, inscrite dans nos territoires depuis plus de 20 ans, ne peut s’enrayer en 2 ans. Plus que jamais, nous devons travailler à répondre aux besoins des Françaises et des Français. Ils attendent des résultats concrets et tangibles.

C’est ce que fait le gouvernement avec le Grand Débat. Après la phase d’analyse des résultats de cette consultation citoyenne nationale, il nous faut renforcer l’action publique sur le territoire, dans nos communes. 

Ces réponses qu’attendent les Françaises et les Français, nous serons en capacité de les apporter si nous savons rassembler les forces progressistes, attachées aux valeurs de la République, pour agir ensemble. 

Pour cela, plus que jamais, la France a besoin d’élus de terrain, d’élus qui connaissent et aiment leurs territoires, en comprennent les enjeux et savent construire, avec les habitants, les réponses pertinentes en faveur du développement économique, de l’emploi et du service public. 

Ainsi, dans notre département de l’Aisne, le vote qui s’est exprimé confirme que nous devons entrer dans le vif du sujet, particulièrement dans nos communes rurales qui attendent beaucoup. 

Alors, désormais, un seul mot d’ordre : montrons aux citoyens qu’ils ont été entendus et que, s’il reste beaucoup à faire, nous continuons de travailler  pour faire progresser la France et l’Europe.