Audition de Bernard Roman, président de l’Autorité de régulation des activités ferroviaires et routières (ARAFER)

0
74

Mercredi 24 janvier, en Commission développement durable et aménagement du territoire, j’ai interrogé Bernard Roman, président de l’Autorité de régulation des activités ferroviaires et routières sur l’avenir des lignes TER Vallée de la Marne et Paris-Laon, dont les terminus pourraient être remis en cause dans le projet de Paris express.

Retrouvez ici la vidéo de ma question

“Avec ma collègue Lauriane Rossi, nous sommes membres du Haut comité de la qualité de service dans les transports et sommes donc très attentifs à vos études et à votre rapport. Ils expriment les multiples difficultés de la SNCF à honorer un service public de qualité. Et les usagers du quotidien n’en peuvent plus. Alors que vous avez déclaré que l’ARAFER « insufflera une dynamique et accompagner les efforts de gestion », ne craignez-vous pas que les échecs de la SNCF puissent entacher l’ARAFER.

Il y a quelques jours, vous avez donné un avis favorable au décret relatif la liaison CDG express. Mes propos ne reprendront pas les inquiétudes sur le financement avec l’absence de règle d’or ou sur les délais de sa réalisation mais sur les impacts de ce projet avec la saturation des gares et des réseaux ferroviaires. Les lignes TER VDM et Laon/paris pourraient ne plus avoir d’accès direct gare de l’Est et gare du Nord. Leurs terminus seraient Chelles et Le Bourget. Ainsi ce serait un coup dur pour les usagers de nos territoires ruraux. Quel est votre avis sur ce sujet ?”

Voici la réponse de Bernard Roman