Déplacement en Serbie avec le président de la République

0
341

En qualité de Secrétaire général parlementaire de l’APF, j’ai accompagné le président de la République française en Serbie les 15 et 16 juillet derniers. Ce déplacement présidentiel a été exceptionnel à bien des égards. D’abord parce que cela faisait dix-huit ans qu’aucun chef d’Etat français ne s’était rendu en Serbie. Cette visite relance donc les relations diplomatiques et économiques entre les deux pays.  
Exceptionnel aussi d’un point de vue personnel puisque mon père était d’origine yougoslave. Mais mon plaisir personnel aurait été bien superficiel s’il n’était pas empreint d’un intérêt profond pour ce pays qui s’inscrit dans « l’histoire complexe et tourmentée de l’Europe » et le peuple serbe lié au peuple français depuis 7 siècles. A ce titre, le déplacement du président Macron apporte une nouvelle pierre à l’édifice de paix et de rapprochement des pays des Balkans, au cœur des préoccupations et des intérêts de la France comme de l’Europe. 
C’était d’ailleurs l’un des moments phares de la visite du président à Belgrade où il a inauguré l’imposant monument « Reconnaissance à la France », dédié à l’amitié franco-serbe. Mais au-delà des symboles de reconnaissance et de fraternité, ce monument fait référence aux valeurs universelles : la liberté, la démocratie et la paix. Il rappelle que, quelle que soit la région du monde, le nationalisme, l’extrémisme et la haine n’ont aucun avenir.
La Francophonie, par ses valeurs de fraternité et son rayonnement international, porte aussi cette ambition essentielle pour les générations actuelles et à venir au service de la paix, de la coopération et de la solidarité. En matière d’échanges économiques entre les pays, notre langue commune est un élément facilitateur : ces échanges sont d’autant plus simples quand les interlocuteurs parlent la même langue. 
La mobilisation de la Serbie en faveur de la Francophonie va donc dans le sens de l’histoire et a été consacrée, à la session plénière de l’APF, le 9 juillet dernier, où la section du parlement serbe est devenue membre associé de l’assemblée interparlementaire. Un pas supplémentaire pour devenir un pays moteur dans les relations diplomatiques et économiques dans la sous-région des Balkans.