Réforme ferroviaire : les usagers avant tout !

Réforme ferroviaire : les usagers avant tout !
Commentaires fermés sur Réforme ferroviaire : les usagers avant tout !, 19/10/2016, by , in Actualités, Aménagement du territoire, Commission, Interventions, Transport, Vidéos

L’objet de la loi du 4 août 2014 était de rassembler dans un même groupe SNCF Réseau et SNCF Mobilités, ce qui devait garantir une meilleure coordination entre ceux qui programment les travaux et ceux qui font circuler les trains. Il était ainsi question de mieux prendre en compte les besoins des usagers ainsi que les impératifs de circulation des trains.

J’ai rencontré quelques ingénieurs de la SNCF qui m’ont assuré que la chaîne de décision avait été raccourcie, mais surtout pour l’Île-de-France, pas encore pour les autres régions. Ce qui est attendu c’est une meilleure coordination des trains ainsi qu’une régularité et une ponctualité améliorées. Certes, la réforme ne date que de deux ans, et, au regard des problèmes évoqués, on ne peut pas, d’un coup de baguette magique, résoudre toutes les difficultés.

Au demeurant, une aggravation de la situation a été constatée, particulièrement pour les trains du quotidien : il faut avoir conscience de ce qui se passe ! Même si disposer de trains à grande vitesse constitue un confort, le TGV a été mis en place au détriment des trains du quotidien.

À cet égard, la présentation ex abrupto du programme d’investissement de la SNCF, sans information particulière, mais accompagné d’une carte imposée, constitue une provocation. Rien n’est prévu pour la ligne TER de la vallée de la Marne, rien n’est prévu pour la gare de Château-Thierry ; cela pose le problème de la méthode de gestion des trains du quotidien. C’est pourquoi je souscris à la proposition consistant à établir une programmation qui permette de prévoir les investissements et de les faire valider d’un point de vue politique. On ne peut pas continuer comme ça !

L’intervention en vidéo :

About Jacques Krabal

Jacques Krabal est député de l'Aisne et maire de Château-Thierry. Il siège à l'Assemblée nationale depuis juin 2012. Il est membre de la commission du développement durable et de l'aménagement du territoire. En tant qu'invité à la Conférence environnementale de septembre 2012, il a été invité à se prononcer au sein du Comité pour la Fiscalité Ecologique (CFE). Il est président du groupe d'études "papier et imprimés".