Pacte finance-climat: question de Jacques Krabal – audition de MM. Pierre Larrouturou et Jean Jouzel

0
518

Commission développement durable et aménagement du territoire

Mercredi 6 juin 2018, les Commissions du développement durable et des Affaires européennes ont auditionné conjointement MM. Pierre Larrouturou et Jean Jouzel.
Jacques Krabal, député de l’Aisne a soulevé l’importance de la présence de l’Allemagne pour la bonne réussite du pacte finance-climat.

Retrouvez la question posée par Jacques Krabal au cours de l’audition du mercredi 6 juin 2018 de MM. Pierre Larrouturou et Jean Jouzel:

Les réponses de MM. Pierre Larrouturou et Jean Jouzel:

Question écrite de M. Jacques Krabal:

Monsieur le Président,

Je voudrais remercier nos deux intervenants pour leur exposé et leur poser une question très pragmatique. En effet, je mesure le travail qui a été accompli pour parvenir à ce projet solide.

Nous mesurons dans nos territoires les effets des dérèglements climatiques. Je l’observe notamment dans le Sud de l’Aisne ; c’est un sujet de préoccupation dans nos territoires ruraux et tous les moyens pour apporter des solutions ambitieuses à ces défis me semblent bienvenus.

L’aspect qui m’inquiète davantage concerne la mobilisation de nos amis et partenaires européens, notamment de nos partenaires allemands.

L’appel pour un pacte finance-climat compte un certain nombre de signataires français, des grands noms comme l’italien Romano PRODI, l’espagnol Manuela CARMENA, le wallon Paul MAGNETTE, mais une campagne d’information et de mobilisation a-t-elle été lancée par vos soins en direction des responsables allemands, dont on sait à quel point la voix compte en Europe, pour les convaincre du bien-fondé de ce projet ?

Il ne vous a pas échappé, Messieurs, ni à vous chers collègues, que la chancelière allemande a présenté dimanche ses propres pistes pour réformer l’Union européenne, se disant “favorable” à “un budget d’investissement” pour la zone euro (qui serait soit spécifique, soit inclus dans le budget plus large de l’Union européenne) mais elle pose en même temps des conditions strictes.

Angela Merkel veut que le montant de ce budget soit “limité à deux chiffres en milliards d’euros”.

Dans ces conditions, comment comptez-vous mobiliser nos partenaires allemands et revoyez-vous à la baisse les seuils que vous nous avez présenté ? Je vous remercie.