Question écrite: quel avenir pour les élèves handicapés dans notre pays?

0
31

Après une longue bataille pour le maintien des AVS à la rentrée scolaire de septembre, qui a payé ses fruits, j’interrogeais Madame Sophie Cluzel sur l’accompagnement des élèves handicapés à l’école le 17 octobre 2017.
En effet, les parents d’enfants handicapés m’ont fait part de leur “parcours du combattant” pour scolariser leurs enfants: entre décisions changeantes et profils pas toujours adaptés, leur vie se retrouve entre parenthèse à chaque rentrée. Il n’est pas normal de remettre en cause si souvent l’accompagnement de leurs enfants.

>> Retrouvez ma question déposée au Journal officiel ci dessous:

M. Jacques Krabal attire l’attention de Madame la ministre chargée des personnes handicapées sur l’accompagnement des élèves en vie scolaire.

Madame la Ministre, vous le savez, après avoir monté leur dossier et obtenu l’avis favorable de la MDPH, les parents d’élèves d’enfants handicapés doivent ensuite obtenir un Assistant de Vie Scolaire, embauché via des contrats aidés. La procédure est lourde et l’incertitude est permanente pour ces parents.

La présence d’un AVS aux côtés de leur enfant n’est pas toujours garantie. C’est ce qui s’est passé dans l’Aisne, où 33 de ces contrats ont été menacés cet été et, finalement maintenus pour la rentrée scolaire 2017/2018.

Parfois, l’AVS n’est pas toujours bien formé aux pathologies particulières du handicap mental notamment ou encore, le cadre n’est pas clair pour l’établissement scolaire ou pour l’AVS lui même.

Et puis à l’inverse, l’AVS et l’enfant s’entendent très bien, tout fonctionne, mais le contrat s’arrête. Et il faut tout recommencer à zéro pour les parents.

Suite à l’annonce brutale de la réforme du système des contrats aidés, j’ai été à de nombreuses reprises interpellé par des parents d’élèves paniqués : c’est la vie de leurs enfants, leur organisation personnelle, professionnelle quand elle existe, qui se retrouvent suspendus à une décision de la MDPH, de Pôle emploi ou au devenir de ce dispositif.

Si je rejoins le Gouvernement sur le fait que les contrats aidés ne sont pas la panacée pour les personnes qui en bénéficient et ne peut pas être mis en œuvre de la même manière sur tous les territoires, je m’interroge sur l’avenir de l’accompagnement des élèves handicapés, particulièrement dans notre département, l’Aisne, très touché par le chômage et la pauvreté.

Les parents ont le sentiment que le handicap de leurs enfants est accompagné en pointillé, qu’il n’existe pas d’accompagnement stable et durable qui leur permettrait de progresser. Parce que quand un AVS formé accompagne un enfant handicapé et que la relation est bonne, les progrès peuvent être considérables.

Alors que débutent les auditions du 4ème plan autisme, je viens vers vous pour savoir si un véritable plan d’accompagnement des enfants handicapés à l’école, si la formation d’AVS aux différentes formes de handicaps, si la définition d’un cadre clair des missions et si la pérennisation de ces emplois sont envisagées.

Je vous remercie, Madame la Ministre. Jacques Krabal