Soutenir les langues régionales ne doit pas affaiblir le français

0
180

Aujourd’hui, près de 300 000 élèves pratiquent une langue régionale. Pourtant, la diminution du patrimoine linguistique s’accélère depuis les années 1990 : 50 % des quelque 6 000 langues parlées risquent de disparaître avant la fin du siècle. C’est pourquoi l’UNESCO a été à l’initiative, en 2005, de la convention sur la protection et la promotion de la diversité des expressions culturelles, dont fait partie la diversité linguistique.

Pourtant, si nous ne sommes pas opposés à la promotion des langues régionales, notre priorité, c’est de renforcer notre langue, le français, et de promouvoir la francophonie.

J’ai souhaité attirer l’attention du gouvernement sur la situation de château de François 1er à Villers-Cotterêts où fit signer en 1539 l’ordonnance qui fit du français la langue officielle de notre pays. Des rendez-vous ont été pris avec le ministère du budget afin d’accompagner les démarches engagées.

Car pour moi, promouvoir la francophonie, c’est soutenir aussi les langues régionales. Inversement, soutenir les langues régionales ne doit pas affaiblir le français mais au contraire, le renforcer.

L’intervention en vidéo :