Audition de Madame Hakima El Haité

0
31

La commission du développement durable a procédé à l’audition de Madame Hakima El Haite, ministre de l’environnement marocain au sujet de la COP22. A cet effet, je l’ai interrogé sur la feuille de route que comptait poursuivre le Maroc et principalement la place accordée à la ressource en eau.

L’intervention en vidéo :

Le compte-rendu des débats :

M. Jacques Krabal. Le groupe radical, républicain, démocrate et progressiste se félicite de vous auditionner une nouvelle fois. Vous nous aviez déjà fait partager votre enthousiasme lors de l’inauguration de l’exposition Solutions COP21 au Grand Palais, en compagnie de Ségolène Royal et d’Annick Girardin.

Si l’enthousiasme et l’optimisme ne règlent pas tout, je suis persuadé qu’ils sont un élément majeur de la solution. Or nous manquons en France de cette forme de confiance, et vous avez eu raison de rappeler que le sommet de la COP21 a été un moment historique : ne boudons pas notre plaisir, cela permettra en outre de faire avancer la cause dans laquelle nous sommes tous engagés.

J’ai aimé aussi la façon dont vous en avez appelé à l’humanisme et à cette solidarité sans lesquels rien n’est possible.

Vous avez également souligné que la COP22 s’inscrira naturellement dans la continuité de la COP21, tout en étant différente. C’est à présent au travers de l’action qu’il faut faire avancer les choses, en institutionnalisant notamment l’Agenda des solutions. Dans cette perspective comment imaginez-vous une gouvernance mondiale qui puisse entraîner chacun à respecter ses engagements en matière de lutte contre le réchauffement climatique, sujet d’envergure planétaire par excellence ?

Quelle place la COP22 entend-elle réserver à la problématique de l’eau, des océans, des fleuves et des eaux souterraines. Qu’a entrepris le Maroc pour tirer partie de ses fleuves, le Drâa et le Sebou ?

L’accord de Paris précise, aux articles 7 et 11, que les actions en faveur du climat devront se faire dans le respect de l’égalité des sexes. Qu’en sera-t-il de la COP22 ?

Enfin, vous avez évoqué votre centrale solaire « Noor », mais comment le Maroc entend-il organiser son mix énergétique, compte tenu de son important potentiel d’hydrocarbures non conventionnels ?

J’en terminerai avec cette citation de Jean de La Fontaine, qui conclut ainsi la fable « L’Hirondelle et les Petits Oiseaux » : « Nous […] ne croyons le mal que quand il est venu. » Madame la ministre, vous agissez pour arrêter ce mal et le faire reculer. (Sourires)