Bucy-le-Long – Commémoration de Claude Thomas DUTOUR DE NOIRFOSSE

0
71

Discours prononcé à l’occasion de la commémoration de Claude Thomas DUTOUR DE NOIRFOSSE à Bucy-le-Long le 21 octobre 2012.

 

Madame la Conseillère générale, chère Annick ;
Monsieur le Maire de Bucy-le-Long, cher Jean-Pierre (BATTISACHI) ;
Monsieur l’adjudant-chef JEU, représentant le commandant LEFEBVRE ;
Monsieur le Président du Groupement des Réservistes de la Défense Aisne ;
Monsieur le Président de la Section des Anciens Combattants de Bucy ;
Monsieur le président de l’Association pour la sauvegarde du Patrimoine, cher Louis (FERIN)

La commémoration de cet après-midi à laquelle vous avez bien voulu me convier témoigne de l’exigence sans cesse renouvelée du devoir de mémoire collectif dont a besoin la Nation Française.
Honorer Claude Thomas DUTOUR DE NOIRFOSSE, honorer son histoire prestigieuse ici à Bucy-le-long c’est honorer l’histoire de France.

Evidemment la vie de Claude Thomas DUTOUR DE NOIRFOSSE, son parcours est intimement lié à Bucy-le-long puisque c’est ici qu’il repose dans le cimetière de votre commune et c’est ici aussi dans le Canton de Vailly que l’on compte encore nombre de ses descendants présents. Je veux saluer la sincérité de votre discours sur votre Quint aïeul, Mme BOULANGER.
C’est non loin d’ici aussi, à Soissons qu’il aurait pu marquer l’histoire de la ville sous-préfecture, puisqu’il lui fut proposé d’en devenir le Maire, charge qu’il refusa finalement.
Mais s’il appartient à l’Histoire de Bucy-le-long, s’il appartient à l’histoire d’un territoire tout entier qui lui rend aujourd’hui hommage, son nom s’inscrit dans la grande Histoire, celle de notre pays.
Oui, lorsque nous commémorons ensemble, à l’occasion de cette cérémonie, celui qui fut Maréchal de camp des Armées du roi et Général de Brigade de la Gendarmerie Nationale, nous sommes une fraction de la communauté nationale qui rend hommage à l’un de ses grands hommes.
Il m’appartient d’ouvrir ici une parenthèse (qui n’en est pas une) pour rendre un hommage appuyé à la Gendarmerie Nationale qui contribue non seulement au maintien de l’ordre mais aussi au maintien des libertés essentielles. Cette mission quotidienne nos gendarmes l’effectuent au risque d’y perdre leur vie en atteste les derniers drames affreux qui ont emporté vos camarades Monsieur l’adjudant-chef.

Ce souvenir nous devons le porter toutes et tous, c’est ensemble que nous rendons l’Histoire de France vivace et vivante, c’est ensemble que nous continuons de l’écrire.

Cette journée du souvenir autour de Claude Thomas DUTOUR DE NOIRFOSSE nous la devons, il est important de le souligner, à un homme Louis FERIN que je veux ici remercier chaleureusement.
Parce que si nous sommes réunis aujourd’hui c’est bien grâce au travail acharné non pas d’un gardien du souvenir, mais d’un passionné autodidacte devenu historien qui veut faire revivre les riches heures d’un passé qui nous permet de mieux comprendre le présent et de mieux mettre en perspective l’avenir.

Cher Louis FERIN après avoir fait en 1997 de Bucy-le-long une des capitales de la Poésie contemporaine avec le souvenir de Francis Jammes, après avoir salué la mémoire des aviateurs tués à Bucy-le-long en 2001 et celle du Colonel Picot en 2002 à Paissy dans le cadre d’une cérémonie dont vous avez seul le secret pour qu’elle soit un franc succès, vous venez une nouvelle fois autour de Claude Thomas DUTOUR DE NOIRFOSSE de prouver que vous êtes un « passeur » d’histoire, un trait d’union qui permet aux nouvelles générations de ne pas oublier ceux qui ont fait l’histoire, l’espace d’un instant vous lui redonnait vie.

Parce que je sais que vous ne vous arrêterez pas en si bon chemin je veux vous assurer de mon total soutien pour vos projets à venir et souhaite vous exprimer au nom de toutes celles et tous ceux qui sont attachés à l’Histoire de France et à la mémoire de nos grands hommes dans nos territoires toute ma gratitude et toutes mes félicitations.